Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Impact des corticoïdes dans la prise en charge immédiate des infections invasives à méningocoque liées aux souches hyper-invasives du complexe clonal ST-11 chez l’enfant.

Résumé : Objectifs À partir des données de l’Observatoire national des méningites bactériennes de l’enfant du Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique/Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne (GPIP/ACTIV) et des données microbiologiques des souches du Centre national de référence du méningocoque (CNRM), l’impact potentiel des corticoïdes dans la prise en charge immédiate des infections invasives à méningocoque (IIM) liées aux différents génotypes, notamment aux souches hautement pro-inflammatoires du complexe clonal ST-11 (génotype ST-11) a été évalué. Méthodes De 2001 à 2009, 259 services de pédiatrie et 168 laboratoires de microbiologie répartis dans toute la France ont inclus de façon prospective tous les sujets de moins de 18 ans, ayant une IIM (méningite ou purpura fulminans). Les souches isolées ont été envoyées au CNRM pour génotypage. La mise en relation entre les données cliniques d’ACTIV et les souches isolées du CRNM a été faite lorsque l’information sur le traitement par corticoïdes était présente. Résultats Mille neuf cent quatre-vingt-un cas d’IIM ont été identifiés en 8 ans dont 805 (712 [88,5 %] méningites bactériennes et 93 [11,5 %] purpura fulminans) disposaient d’informations sur la corticothérapie (33,8 % des patients ayant reçu des corticoïdes). L’information sur le génotype des souches était disponible pour 410 patients (24,4 % lié au génotype ST-11, soit 100 patients). Pour l’ensemble des cas, la mortalité était associée au génotype ST-11 (OR = 2,39, IC 95 % [1,29 ; 4,42], p = 0,004). La mortalité était également significativement plus élevée pour l’ensemble des IIM en cas de prise de corticoïdes (12,7 % vs 4,5 %, p < 0,001). Cependant, ce traitement avait été prescrit plus fréquemment dans les formes graves incluant choc et/ou purpura fulminans, coma ou ventilation mécanique. Pour les enfants n’ayant pas reçu de corticoïdes, le taux de mortalité était significativement plus élevé lorsqu’il s’agissait d’une souche du génotype ST-11 que d’autres génotypes (OR = 4,68 [1,91 ; 11,46], p = 0,001). En revanche, pour les enfants ayant reçu une corticothérapie, la mortalité ne différait pas en fonction du génotype de la souche. Conclusion Les données de cette étude montrent, en l’absence de corticothérapie, une surmortalité dans les infections invasives à méningocoque liées aux souches du complexe clonal ST-11. Ce résultat suggère un possible effet positif de la corticothérapie en fonction du génotype incriminé.
Complete list of metadatas

https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-02095565
Contributor : Marie Martin <>
Submitted on : Wednesday, April 10, 2019 - 3:12:49 PM
Last modification on : Sunday, October 25, 2020 - 6:31:08 AM

Identifiers

Collections

Citation

F. Madhi, C. Levy, A.-E. Deghmane, S. Béchet, R. Cohen, et al.. Impact des corticoïdes dans la prise en charge immédiate des infections invasives à méningocoque liées aux souches hyper-invasives du complexe clonal ST-11 chez l’enfant.. Archives de Pédiatrie, Elsevier, 2014, 21 (3), pp.258-264. ⟨10.1016/j.arcped.2013.12.024⟩. ⟨pasteur-02095565⟩

Share

Metrics

Record views

122