Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Vibrio impliqués en pathologie humaine : une étude de leur répartition dans des produits de la mer consommés en France.

Résumé : Bien que la France soit le quatrième producteur de produits de la mer et de l'aquaculture au sein de l'Union européenne (France Agrimer, 2014) la production nationale ne satisfait pas la demande intérieure. Les importations proviennent souvent des pays en voie de développement et des régions chaudes dans lesquels les produits de la mer sont exposés à des dangers particuliers inhérents au milieu ou consécutifs à des contaminations lors de leurs premières manipulations. Parmi ces dangers, les vibrions constituent un sujet de préoccupation par leur présence régulière dans les produits de la mer, et ces dix dernières années, par l'augmentation constante dans le monde du nombre d'infections qui leur sont liées (CDC, 2010). Cette progression pourrait être en relation directe avec le développement croissant de ces bactéries dans les eaux côtières et estuariennes, consécutif à l'anthropisation du littoral et au réchauffement planétaire. Mais, il est vraisemblable que la modification des habitudes alimentaires (augmentation de la consommation des produits crus), la mondialisation des échanges commerciaux, le développement de l'aquaculture intensive et l'augmentation de la proportion de sujets immunodéprimés, y contribuent de façon substantielle (Sims et al, 2011). Aussi, l'ensemble de ces éléments justifie pleinement de mettre en place une vigilance accrue sur ces pathogènes potentiellement émergents. Ecologie et risque sanitaire Les Vibrio sont des bactéries Gram négatif, hôtes naturels du milieu marin. Ils y sont présents soit à l'état libre, soit associés à différents supports, sédiments, particules en suspension, plancton. Ils sont également retrouvés dans l'intestin et les tissus des poissons, des crustacés et des coquillages, et sont donc présents naturellement dans la matière première de produits alimentaires. Leur densité dans l'environnement marin évolue en fonction de divers facteurs climatiques et environnementaux, tels que la température de surface de l'eau, la salinité, la turbidité, le pH, la chlorophylle A. Le caractère saisonnier de l'augmentation de la densité des vibrions dans l'environnement marin, observée durant les mois les plus chauds de l'année, correspond au caractère saisonnier des infections chez l'Homme. Les Vibrio sont fréquemment isolés des produits de la mer à de faibles concentrations. Le risque sanitaire est alors essentiellement lié à leur capacité à se multiplier dans les aliments pendant leur stockage ou leur transformation, ces bactéries ayant une croissance rapide dans les produits de la mer, y compris les coquillages vivants. Un produit faiblement contaminé mais stocké dans de mauvaises conditions de température pourra rapidement atteindre une dose infectieuse pour l'Homme. Il est à noter que peu de données sont connues à ce jour concernant la dose réponse, quelles que soient l'espèce considérée et la voie de contamination.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [13 references]  Display  Hide  Download

https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-01162421
Contributor : Marie Lemesle <>
Submitted on : Wednesday, June 10, 2015 - 2:47:53 PM
Last modification on : Thursday, June 18, 2020 - 4:30:02 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 25, 2017 - 6:32:24 AM

File

Vibrio impliqués en patholog...
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : pasteur-01162421, version 1

Collections

Citation

Stéphanie Copin, Annick Robert-Pillot, Mélanie Gay, Marie-Laure Quilici. Vibrio impliqués en pathologie humaine : une étude de leur répartition dans des produits de la mer consommés en France.. Bulletin épidémiologique : santé animale, alimentation, ANSES, 2015, pp.21-25. ⟨pasteur-01162421⟩

Share

Metrics

Record views

566

Files downloads

959